Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Les Héros selon Pacull

leave a comment »

Le film n’est pas récent. Héros fragiles, Chili 1973 affaire non classée est sorti en mai 2007. Le DVD, fin août 2009. Il n’empêche : témoignage d’une époque révolue, il reste intemporel.
Mais cette époque est-elle réellement révolue d’ailleurs ? Le réalisateur chilien, Emilio Pacull, revient sur le coup d’Etat du 11 septembre 1973 et pose la question. Son beau-père, Augusto Olivares fut en effet l’une des deux premières « victimes officielles du coup d’Etat », explique Emilio Pacull en préambule. Augusto Olivares était l’un des plus proches collaborateurs d’Allende. Son ami, même.
La quête personnelle du réalisateur – comprendre intimement la mort de son beau-père – rouvre des plaies encore à vif. En allant à la rencontre des protagonistes de l’époque, Emilio Pacull dresse le portrait d’idéalistes. D’un bord comme de l’autre. D’un côté ceux qui incarnaient « une utopie ». De l’autre, ceux pour qui « l’élection d’Allende » était « l’un des plus gros problème de l’hémisphère », comme le confiaient Nixon, alors président (républicain) des Etats-Unis et Kissinger, son secrétaire d’Etat.
Emilio Pacull fouille les archives, exhume des documents – comme cette atterrante Une du Mercurio datée du 1er juin 1970, photo montage d’un char russe devant le palais présidentiel de la Moneda – va chercher les témoignages.

Pacull exhume des archives oubliées dont de nombreuses photos. Celle-ci, datée du 11 septembre 1973, montre l'arrestation de fidèles d'Allende (reproduction avec l'autorisation des Editions Montparnasse)

Bien sûr, il prend partie et ne cache pas son admiration pour tel ou tel protagoniste. Mais il donne aussi la parole à ceux qui étaient de l’autre côté et qui, eux aussi, avaient leurs idéaux. S’y croisent Orlando Saénz, le patron des patrons en 1973 au Chili, pour qui « la méthode sociale d’Allende n’aurait rien changé », Milton Friedman – chef de file des Chicago Boys, les petits soldats de l’économie qui ont fait du Chili la terre d’essai de l’ultra-libéralisme… Dans chaque camp, chacun pense, aujourd’hui encore, avoir fait le bon choix.
Simple et clair, il offre un instantané personnel de cette période trouble. Accessible à tous, son long travail d’enquête synthétise en un peu plus de 80 minutes l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur le coup d’Etat chilien. Et donne envie d’aller plus loin pour mieux connaître les tenants et les aboutissants.

Le palais présidentiel, La Moneda, après les bombardements...

Orlando SaénzO
Advertisements

Written by Anthony Quindroit

26 mai 2010 à 1 h 16 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :