Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

A l’école du mal-être…

with 3 comments

Alors que le Chili est tenu en haleine par les péripéties des mineurs miraculés – Chili et carnets en parlait d’ailleurs ici et ne manquera pas d’y revenir prochainement – un autre dossier secoue le pays. Depuis plusieurs semaines, les Chiliens sont confrontés à un problème qu’ils n’arrivent pas à endiguer : le mal-être de leurs jeunes.
En août dernier, deux adolescents ont défrayé la chronique à une semaine d’intervalle. La première, une enfant de douze ans avait indiqué souffrir de brimades régulières au sein de son établissement scolaire de Puerto Montt et s’est suicidée. Le second, plus âgé et scolarisé à Valparaíso, a poignardé l’un de ses camarades un peu trop entreprenant avec sa petite amie. Quelques jours auparavant, d’autres mineurs ont été violentés à la sortie de leurs établissements scolaires et de nombreuses agressions été signalées dans les écoles.
Selon les récents résultats d’une enquête rendue public par le quotidien El Mercurio, les actes d’intimidation et de violences entre jeunes ou sur des jeunes dans les établissements scolaires ont bondi de 57% en un an (de 1046 à 1637) et le Chili décroche une triste palme : sur 16 pays passés au crible par l’Unesco, c’est au Chili que l’ambiance scolaire serait la plus détestable…

Le minsitre de l'Education, Joaquin Lavín, entend faire chuter le nombre de cas de maltraitance dans les établissements scolaires (photo Gobierno de Chile)

L’affaire est suffisamment préoccuppante pour que le ministre de l’Education nationale Joaquín Lavín se penche sur le dossier : « Il s’agit d’un problème national, s’est ému le ministre. Les intimidations et les mauvais traitements à l’école ne concerne pas que les établissements publics, le privé aussi est touché. » Selon lui, la hausse conséquente du nombre de cas répertoriés ne proviendrait pas d’une recrudescence soudaine des violences. « Mais les moyens de communication sont tels aujourd’hui qu’il est plus facile de les répertorier », estime-t-il. Les sites de vidéos en ligne et autres réseaux sociaux permettraient de découvrir des choses autrefois passées sous silence. Pis encore, cela entraînerait d’autres dérives chez les jeunes qui souhaitent se faire mousser sur le net.
Le raccourci est facile mais il n’explique pas tout. Aussi le gouvernement planche-t-il sur un projet de loi destiné à calmer les ardeurs des jeunes et à responsabiliser les encadrants scolaires. Dès le mois de mars 2011 (pour la rentrée scolaire chilienne), les responsables d’établissements devront systématiquement faire remonter les cas de violence entre élèves et sanctionner plus durement les auteurs. Le projet de loi risque aussi de taper du côté des budgets des établissements : si un élève doit changer d’école pour cause de mauvais traitement, les frais médicaux, psychologiques et de réinscription seront à la charge de l’établissement incriminé. Un argument coup de poing qui devrait inciter les directeurs à appliquer la tolérance zéro…
Enfin, dans les prochains jours, un guide de bonne conduite doit être distribué auprès des jeunes pour tenter de calmer le jeu. « Pour de nombreux adultes, les brimades entre jeunes ne sont que des blagues, regrette Joaquín Lavín. Mais cela peut affecter durablement leurs vies comme l’a montré l’actualité ces derniers temps. »
Le dossier tout juste présenté n’a pas encore provoqué de réaction épidermique. Mais il est fort probable que le corps enseignant monte au créneau si le gouvernement décide de rogner dans les budgets des établissements pour faire régner le calme.

Publicités

Written by Anthony Quindroit

8 septembre 2010 à 2 h 00 min

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Encore un article très bien écrit et passionnant! Et comme je travaille en psychologie de l’enfant et de l’éducation ça m’intéresse particulièrement 😉
    Je ne sais pas cela arrive souvent au Chili, mais ça sent vraiment le mouvement de grêve…
    Le gouvernement pense réellement que tout va s’arranger en s’attaquant au budget des écoles??? Et bien entendu en ponctionant ce bugdet, les « enfants concernés » vont tout naturellement stopper leurs comportements violents…
    Ils énoncent les causes « présumées » de cette violence dans l’article?

    Sonia Choumouch

    20 septembre 2010 at 22 h 47 min

    • Merci pour ce commentaire et ravi que cela intéresse une professionnelle du milieu !
      Des études sont en cours mais elles seront longues et il est difficile de présumer d’une réponse pour le moment. Mais si j’obtiens d’autres informations, je reviendrais sur ce sujet.

      Anthony Quindroit

      21 septembre 2010 at 20 h 32 min

  2. Ah nan pas de mouvement de grève au CHILI !!!!
    Ils vont pas s’y mettre aussi parce que moi j’ai plus aucune dispo cette année pour aller là-bas !!!

    MAK

    11 novembre 2010 at 11 h 55 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :