Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Atacama restera chilienne, na !

with 3 comments

Le président bolivien aurait-il des vues sur la IIIe région du Chili ? "Humour", répond son porte-parole

« Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine ! », chantait-on en France. « Vous n’aurez pas Atacama et son cuivre ! », pourrait chanter Sebastian Piñera. Le président chilien a moyennement goûté une blague de son homologue bolivien, Evo Morales. A l’issue d’un discours fleuve de près de cinq heures à l’assemblée de son pays, le chef d’Etat Bolivien aurait fait part de sa volonté de récupérer la IIIe région du Chili. « Récupérer car avant, Atacama était bolivien », clame Morales.
Quel serait l’intérêt pour la Bolivie de « récupérer » le désert le plus aride du monde ? Les minerais ? Dans le désert d’Atacama, le Chili exploite essentiellement le fer, avec 60% de la production nationale. Non, le véritable intérêt pour les voisins Boliviens, c’est l’accès à la mer. Il y a cinq ans, Evo Morales et l’ex-présidente du Chili, Michelle Bachelet, avaient évoqué ce point dans le cadre de discussions pour améliorer les relations bilatérales.
Faciliter l’accès à un port, ça se discute. Offrir une région à un pays voisin, les relations fut-elles bonnes, n’exagérons rien ! « Atacama est et restera chilienne avec une souveraineté chilienne et cela n’a jamais et ne sera jamais à l’ordre du jour avec la Bolivie », a tenu a précisé Sebastian Piñera, bien que le porte-parole du gouvernement bolivien ait précisé, samedi 22 janvier, qu’il ne s’agissait que d’une moquerie.
En attendant, les discussions entre les deux pays continuent. « Et j’espère que nous récolterons les premiers fruits cette année », a précisé Evo Morales. Cette fois, ce n’était pas de l’humour.

Publicités

Written by Anthony Quindroit

23 janvier 2011 à 22 h 21 min

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Il a en effet de l’humour, le p’tit père Morales ! J’espère qu’il va se calmer, car l’Amérique du Sud a suffisamment versé de sang ces cinquante dernières années…

    Thomas

    24 janvier 2011 at 14 h 14 min

  2. […] Atacama » afin de bénéficier d’un accès à la mer (lire ici, le premier article sur le sujet). D’humour, il ne semble plus question désormais. Cette […]

  3. […] perdu par la Bolivie au XIXe siècle lors de la Guerre du Pacifiques (Chili et carnets en parlait ici ou encore là). Cette exigence de plus en plus pressée tend les relations bilatérales. Et un tel […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :