Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Le petit « Bonsái » a tout d’un grand

with 5 comments


Le regard tombant, la barbe en bataille, Julio traverse sa vie sans la bousculer. Pris dans un gros mensonge destiné à plaire à sa maîtresse de palier, le voilà obligé d’écrire un roman en cachette. Cette histoire sera largement autobiographique. Son premier vrai amour, du temps où avoir lu Proust était « hype » et où les Ramones portaient encore leurs jeans déchirés. « A la fin, Julio est en vie. Emilia est morte », prévient Julio. Comment un Bonsái arrive là-dedans ? Pour ça, il faut aller voir le film du chilien Cristián Jiménez, en salle depuis mercredi 9 novembre 2011.

Bonsái, film

Julia et Emilio, un amour de jeunesse à l’issue certaine dès les premières secondes du film

Pour son second long-métrage, après le discret Ilusiones ópticas sorti en février 2010 en France, Cristián Jiménez adapte un succès de la littérature chilienne, le livre Bonsái d’Alejandro Zambra. Véritable carton publié en 2006, multiprimé et traduit dans le monde entier, le court roman conserve toute son essence à l’écran. Les repères temporels tombent, les amours s’épanouissent et s’étiolent au rythme de la mémoire de l’auteur. A pas feutré, on se dirige sans trop savoir comment vers une fin que l’on connaît inéluctable, bercé par l’humour mélancolique et la tendresse d’Emilia et Julio. On pourrait s’ennuyer face à ces saynètes mêlant le vrai et le fantasmé. Mais la langueur finit par emporter le spectateur. On pense à 500 jours ensemble pour cette belle histoire pourtant vouée à l’échec. Touchante et drôle, cette adaptation est une jolie réussite.
A noter, pour les habitants de la région rouennaise, le réalisateur Cristián Jiménez et la productrice Julie Gayet seront présents au cinéma L’Omnia République, 28, rue de la République à Rouen, mercredi 16 novembre pour un débat avec le public après la séance de 20h.
Bonsái, de Cristián Jiménez (1h38, France, Chili). Avec Diego Noguera, Natalia Galgani, Gabriela Arancibia…

Written by Anthony Quindroit

12 novembre 2011 à 20 h 09 min

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Un très joli film c’est vrai ! Je crois que c’est la première fois que je vois un film qui fait annoncer à son narrateur comment va se finir le film ^_^

    David T

    14 novembre 2011 at 16 h 43 min

  2. […] dans les salles obscures du pays. Le joli film Bonsái de Cristián Jiménez (voir la chronique sur Chili et carnets) a connu un succès d’estime dans les salles de France, soutenu par son distributeur […]

  3. […] du succès Bonsái, adapté au cinéma (et chroniqué ici), l’auteur chilien Alejandro Zambra revient en France avec un troisième livre traduit dans […]

  4. […] du matelot et La maison Nuncingen. Deux films de Cristián Jiménez : Ilusiones Opticas et Bonsái. Huacho d’Alejandro Fernández Almendras. Des films de Pablo Larraín comme Tony Manero et […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :