Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

La loi Hinzpeter hérisse le poil des étudiants

with one comment

Les étudiants chiliens se mobilisent une nouvelle fois pendant les vacances estivales contre le projet de loi Hinzpeter qui bride les possibilités de manifester (photo DR Mobilisation Chili contre la loi Hinzpeter, photo DR Valentina Carvajal Gallardo)

Les étudiants chiliens se mobilisent une nouvelle fois pendant les vacances estivales contre le projet de loi Hinzpeter qui bride les possibilités de manifester (photo DR Valentina Carvajal Gallardo)

Au Chili, après les marches (nombreuses) et la mobilisation (importante) des derniers mois, le gouvernement chilien a prévu une contre-offensive pour éviter que la rue ne soit reprise d’assaut à la rentrée, en mars.
La contre attaque se nomme Loi de sauvegarde de l’ordre public, plus communément appelée Loi Hinzpeter, du nom du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique.

Le ministre de l'Intérieur du Chili, Rodrigo Hinzpeter (photo Gobierno de Chile)

Le projet de loi propose de punir par des peines de prison le fait d’interrompre un service public, d’occuper un local privé, de couper la circulation, d’organiser de telles actions… C’est en espagnol mais c’est très bien fait, les étudiants en droit de la Universidad de Chile ont créé un diaporama explicatif, décryptant la loi et ses répercussions sur les manifestations des derniers mois. C’est à voir en cliquant . Un point positif dans le projet, il permettrait de lutter contre les encapuchados, les personnes cagoulées qui se mêlent aux manifestants pour dégrader et provoquer.
Malgré les vacances, les étudiants chiliens se sont mobilisés, jeudi 19 janvier 2012, devant la Corte Suprema. Une mobilisation sans heurt, qui, malgré les congés estivaux, a réuni plusieurs centaines de jeunes dans une ambiance bon enfant. « La loi Hinzpeter ne cherche pas à protéger les manifestations pacifiques mais à les rendre impossibles », peut-on lire sur les affiches collées un peu partout.
Sauf rebondissements politiques, il devait s’agir de la dernière mobilisation d’ampleur avant la rentrée de mars. Et les différentes organisations étudiantes travaillent sur la suite de la mobilisation (Chili et carnets en parlait ici). Avec ou sans la loi Hinzpeter qui doit être étudiée par les sénateurs dans les semaines à venir.

Les étudiants l'assurent : la mobilisation de 2011 en faveur de l'éducation n'était que le commencement. Reste à voir si la mayonnaise va à nouveau prendre en mars (photo DR Valentina Carvajal Gallardo)

Les étudiants l'assurent : la mobilisation de 2011 en faveur de l'éducation n'était que le commencement. Reste à voir si la mayonnaise va à nouveau prendre en mars (photo DR Valentina Carvajal Gallardo)

Advertisements

Written by Anthony Quindroit

20 janvier 2012 à 21 h 48 min

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] « cagoulés » – dans les manifestations (Chili et carnets en parlait ici). Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Andrés Chadwick Piñera, est […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :