Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Chili : Tremblement de terre de « moyenne intensité » près de Santiago

with one comment

Ce jeudi 11 octobre, vers 14h23 au Chili (19h23 heure française), la région de Santiago a été secouée par un tremblement de terre annoncé à 5,7 sur l’échelle de Richter. L’annonce a vite été relayée par les médias et les réseaux sociaux mais peu d’informations « officielles » ont, pour l’instant, filtré quant aux éventuelles victimes et aux dégâts possibles.
Toutefois, le Servicio hidrográfico y oceanográfico de la armada (Shoa, en charge de l’étude des risques océaonographiques) a écarté le risque de tsunami aux abords de Valparaíso.
L’épicentre du tremblement de terre se situerait aux abord de Los Andes, à 70 km au nord – nord-est de Santiago-du-Chili.
Les premiers retours ne font pas état de problèmes majeurs. Les communications avec la région métropolitaine – notamment vers les portables – sont en revanche très compliquées.
Le service de métro de Santiago a pu reprendre du service aux environs de 15h10.
Ce n’est pas la première fois que le pays est touché par de tels tremblements.

  • « Ils sont assez fréquents au Chili, et nous en enregistrons très régulièrement – voire même tous les jours – dans ce secteur, explique un sismologue sur la chaîne 24h. Et un tremblement de forte magnitude ne signifie par pour autant que toute l’énergie a été libérée », continue-t-il en faisant sûrement allusion au tremblement de terre meurtrier de février 2010.

Une des premières vidéos, mise en ligne par le quotidien La Tercera, montre l’intensité – apparemment légère, ressentie et le calme des Chiliens lors d’un tel évènement : http://www.3tv.cl/index.php?m=video&v=26480.

Written by Anthony Quindroit

11 octobre 2012 à 20 h 31 min

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Nous étions en train de déjeuner, dans notre loggia suspendue en balcon au 12ème étage à l’heure de ce « temblor ». Vibrations verticales pendant quelques secondes au début puis ondulations du bâtiment qui montent puis décroissent lentement. Pas de casse, mais toujours très impressionnant.
    En ce qui concerne les avis « officiels » et les moyens techniques pouvant les étayer, soyons clairs: le chili n’a rien ou pratiquement rien.
    Tremblements de terre: par la loi, l’U. du Chili a un contrat avec l’état (UC Sismologia & ONEMI).
    Une polémique est actuellement soulevée par le sénateur Giradi à propos de crédits alloués à l’UC en 2007 pour étoffer ses équipements (USD 18 millions, versements en 2008/9/10) mais la part restante de crédits aurait été retirés en 2010 lors du changement de gouvernement alors que la totalité des achats n’avait pas été faite pour raisons administratives. Bref, le réseau de sismologie de l’UC est plus que sous-équipé . Voir web radio.uchile.cl et publimetro du 12 oct.
    Tsunamis: le Chili ne dispose d’aucun instrument au large. Seuls quelques maréographes sont installés en quelques points de la côte avec de grands « blancs » (voir http://www.ioc-sealevelmonitoring.org, station list, Chile)
    De fait, les seuls moyens d’alerte et de mesures dont dispose le Chili sont ceux de l’USGS et du PWTC américains. Les premières infos de temblor et les alertes tsunamis viennent de là. On peut recevoir des alertes par mail de ces deux organismes (earthquake.usgs.gov ; ptwc.weather.gov)
    Il faut néanmoins noter que malgré son manque de moyens, le service de sismologie de l’UC comporte des scientifiques au plus haut niveau international.
    Enfin, on doit aussi se résoudre à constater que les chiliens sont d’un fatalisme déconcertant face à ces menaces permanentes. Le 28 février 2010, notre voisine d’en face avait déjà réinstallé ses portes pots de même que ses bouteilles anciennes à leur place sur son buffet.
    A Constitucion, la capitainerie du port est reconstruite au plus près du rio Maule qui a fait tant de dégâts et de victimes en février 2010. A Curanipe, alors que tout le monde n’est pas encore dignement relogé, on reconstruit en bord de mer. Plus exactement, il me semble que ceux qui ont les moyens de reconstruire reconstruisent à l’identique, au même endroit sans problèmes. Ceux qui n’ont pas les moyens semblent avoir disparu plus haut dans des mediaguas, laissant pour certains leurs terrains à quelques aigrefins venus se goinfrer sur leur dos après la catastrophe du 27F!!!
    Asi es Chile !

    Jean-Pierre

    13 octobre 2012 at 3 h 45 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :