Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Chili : le ministre de l’Education destitué

leave a comment »

Ministre de l'Education Harald Beyer - Chili

Harald Beyer, ex-ministre de l’Education chilien, destitué par le Sénat (photos Gobierno de Chile)

Joaquín Lavín Infante, Felipe Bulnes Serrano et, désormais, Harald Beyer… Le siège de ministre de l’Education au Chili est éjectable. Le dernier en date, nommé le 29 décembre 2011, vient en effet d’être destitué par le Sénat chilien (20 voix contre 18).
Il lui est reproché son laxisme dans l’affaire « Universidad del mar ». Il aurait ainsi « traîné les pieds » pour enquêter sur une affaire de détournement de fonds dans cet établissement. Une tache indélébile au Chili, alors que les étudiants chiliens ont repris la rue pour réclamer une réforme en profondeur du système éducatif et la gratuité de l’éducation (sur ce dossier, les articles sont nombreux : ici, ici, ou, encore, ici notamment). Jeudi 11 avril, près de 200 000 étudiants ont, par exemple, encore investi les rues chiliennes.
L’ancien ministre Beyer est amer et juge la destitution disproportionnée, dans le journal El Mercurio :

  • « Indubitablement, on peut toujours faire des erreurs quand on est dans la gestion, et ma gestion n’en est pas exempte. Bien sûr, il y a des choses qui auraient pu être mieux traitées (…) Toutefois, rien ne justifie cette accusation d’infraction à la Constitution »

Son avenir est encore incertain. Si rien ne lui interdit de garder des responsabilités au ministère – ce chapitre a été rejeté par les sénateurs, au même titre qu’ils ont retoqué le dossier sur le « manque d’intégrité » -, il pourrait aussi rejoindre l’équipe de campagne du candidat à la présidentielle Andrés Allamand (Renovación Nacional, le parti de l’actuel résident de la moneda Sebastián Piñera).
Le nom de son successeur au ministère de l’Education n’est pas encore connu. Ses fonctions sont assurées par le sous-sécrétaire à l’Education, Fernando Rojas.

Fernando Rojas assure l'intérim au ministère

Fernando Rojas assure l’intérim au ministère

Quant à la destitution, elle fait le beurre des étudiants et de l’opposition alors que la campagne pour les présidentielles est lancée (voir l’annonce de Michelle Bachelet). Donner du grain à moudre à ses opposants, le président Sebastián Piñera s’en passerait bien. Entre les sondages en berne, les manifestations à répétition, la crise avec les Mapuches, un ministre soupçonné de corruption et poussé à la démission et ce nouvel épisode Beyer, les casseroles s’accumulent.
Mais pour un spécialiste de la politique chilienne, Marco Moreno, cité par Terra, cette destitution risque de ne bénéficier ni à la droite ni à la gauche. Au contraire, elle risque de renvoyer dos à dos les candidats. En revanche, le prestige du Sénat devrait être renforcé.

Mise à jour du 23 avril 2013

Carolina Schmidt Zaldívar

Carolina Schmidt Zaldívar

Le nouveau ministre de l’Education a été nommé. Ou, plutôt, la nouvelle ministre. Il s’agit de Carolina Schmidt Zaldívar, qui était au Service national de la femme (Sernam pour Servicio Nacional de la Mujer), le ministère chargé de promouvoir l’égalité entre les sexes. Très populaire – un récent sondage la crédite de 71% d’opinions favorables au Chili – cette femme de 46 ans va devoir faire oublier les couacs de ses prédécesseurs et assainir les relations avec le monde étudiant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :