Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Chili : l’Araucanie veut séduire

leave a comment »

La région Araucania vise un tourisme d'adeptes de la natures et d'activités de plein air (photos DR)

La région Araucania vise un tourisme d’adeptes de la natures et d’activités de plein air (photos DR)

Du Chili, les voyageurs embarqués dans ans un circuit ne voient généralement que peu de choses. Santiago, la capitale. Valpo, pardon, Valparaíso, l’indétrônable. Et le nord du pays avec ses gigantesques mines de cuivre que narre Rivera.Le sud, lui, a aussi des atours prompts à charmer les amateurs de grands espaces. La sauvage Patagonie, bien sûr. La région de los Lagos – région des Lacs -, aussi. Mais, avant de toucher du doigt le bout du monde, une autre région vante aussi ses charmes à l’internationale.
L’Araucanie. María Eliana Muñoz, directrice marketing du service national du tourisme de la région, est venue en France pour promouvoir le secteur, « située à une heure de vol de Santiago », souligne-t-elle. Objectif : séduire les tours-opérateurs.
Car le Chili a des ambitions touristiques affichées. Et chaque secteur entend bien jouer son rôle. En Araucanie, dont la ville la plus connue (et la capitale) est Temuco, les pros du tourisme misent sur les stations de ski, les excursions, la quinzaine de centres thermales, les cinq parcs nationaux et les zones forestières… « La naturaleza originaria », la « nature originelle », évoque María Eliana Muñoz. C’est en effet le slogan retenue pour une campagne de publicité déclinée dans quelques pays d’Europe et aux Etats-Unis en 2012. Une campagne sans précédent dans l’histoire de la région.

La culture mapuche est toujours présente en AraucanieLa culture mapuche est toujours présente en Araucanie

La culture mapuche est toujours présente en Araucanie

Pour se développer, l’Araucanie table aussi sur l’histoire et sur l’ancrage du peuple Mapuche. « La culture mapuche y est toujours très présente », affirme la responsable tourisme. Les tensions persistantes – mais moins prononcée ces derniers temps – entre la communauté et le gouvernement, n’ont, toujours selon María Eliana Muñoz, pas d’incidence sur le développement touristique de La Araucanía. « Cela n’interfère pas avec les zones touristiques », confirme-t-elle.
Environ 40000 touristes étrangers passent un peu de temps dans la région. Dont un peu moins de 10000 Européens. Ils étaient 9939 en 2013, dont 1291 Français qui dépensent en moyenne 60 dollars par jour. Les Allemands et les Espagnols arrivent en tête. Les responsables touristiques ambitionnent d’atteindre les 60000 touristes étrangers cette année.  Et aussi les garder plus longtemps. L’infrastructure hôtelière s’est donc elle aussi développée, du plus rustique au grand standing.

Et si l’envie vous prend de « faire un saut » sur place, le site de la région est juste.

Written by Anthony Quindroit

18 mars 2014 à 19 h 07 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :