Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Archive for the ‘Entretien’ Category

Caryl Férey, la face sombre du Chili

with one comment

Caryl Férey revient avec un polar bien noir dont l'intrigue se déroule au Chili. Un régal (photo Anthony Quindroit)

Caryl Férey revient avec un polar bien noir dont l’intrigue se déroule au Chili. Un régal (photo Anthony Quindroit)

Auteur de Mapuche mais aussi de Haka ou encore de Zulu (adapté au cinéma avec l’excellent Forest Whitaker dans le rôle principal), Caryl Férey est de retour avec un nouveau polar bien noir comme on les aime : Condor. Après l’Argentine dans son précédent récit sorti il y a déjà quatre ans, Caryl Férey franchit la Cordillère des Andes et arrive au Chili.
Là, dans le quartier pauvre de la Victoria,en périphérie de Santiago, des gamins meurent, fauchés par une drogue particulièrement pure et chère sans que la police ne bouge le petit doigt. Une jeune cinéaste en devenir décide d’essayer de faire bouger les choses : elle contacte un avocat atypique, spécialiste des causes perdues, pour activer l’enquête. Mais les relents de la dictature de Pinochet et de l’opération Condor rendent un peu plus nauséabondes cette histoire où se croisent gueules cassées, névrosés, Victor Jara, prêtre empathique et tueurs sadiques, trip halluciné et – ouf !  – un peu d’amour…
Si l’auteur a détaillé son parcours dans le quotidien Paris-Normandie, il est également revenu, pour Chili et carnets, sur son expérience au Chili. Mais pas seulement.

Comment as-tu découvert le Chili ?
Caryl Férey : « Quand je travaillais sur Mapuche, j’ai réalisé un deuxième grand voyage en Argentine et à cette occasion nous sommes allé au Chili, où vivent également des Mapuches. Mais leurs conditions de vie ne sont pas les mêmes qu’en Argentine. En Argentine, ils ne sont pas considérés comme terroristes, ils n’ont pas les mêmes problèmes de terre. C’est pour cela que j’ai séparé le livre en deux. J’avais plein d’informations que je gardais pour Condor. En écrivant Mapuche, j’avais déjà les bases. Mais les machis, tout cet univers, j’avais déjà la matière. » Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

15 juin 2016 at 18 h 51 min

Politique, « Esmeralda », économie… : entretien avec l’ambassadeur du Chili en France

with 2 comments

Patricio Hales Dib, ambassadeur du Chili en France (photo Anthony Quindroit)

Patricio Hales Dib, ambassadeur du Chili en France (photo Anthony Quindroit)

Alors que le navire chilien Esmeralda était à Rouen, Chili et carnets a rencontré son Excellence Patricio Hales Dib. L’ambassadeur du Chili en France était en Normandie pour accueillir ses compatriotes. L’occasion de parler de marine mais aussi d’histoire, de politique internationale, d’économie… Entretien.
Lire la suite »

Ce Chilien qui a fait trembler la toile avec les Minions

leave a comment »

La photo du musée britannique par laquelle tout a commencé (photo DR)

La photo du musée britannique par laquelle tout a commencé (photo DR)

Le nom de Luciano Gonzalez ne vous parle certainement pas. Mais, si vous êtes un habitués des réseaux sociaux, vous avez probablement vu passer une photo qui l’a fait connaître.
Ce cliché est un montage. Dessus, on y voit des personnes avec un casque. Le texte qui l’accompagne est sordide et clair : ce que nous voyons là est un cliché réalisé par les nazis qui menaient des expériences. Luciano Gonzalez enfonce le clou : « «Le saviez-vous ? “Minions” (de l’allemand « minion » qui signifie sbire) était le nom donné aux enfants juifs adoptés par les scientifiques nazis pour leurs expériences. Ils passaient une grande partie de leur vie à souffrir, et comme ils ne parlaient pas allemand, leurs mots étaient des sons qui faisaient beaucoup rire les Allemands.» »
Mais, alors, fichtre, le film Les Minions qui fait rire des millions de personnes de par le monde serait inspiré par le sadisme des nazis et personne n’y trouverait rien à dire ?? Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

16 août 2015 at 19 h 24 min

Le Chili tient dans un livre

leave a comment »

Dans son livre "Vivre le Chili", Thomas Poussard donne toutes les clefs pour s'installer au pays de Neruda (photo DR)

Dans son livre « Vivre le Chili », Thomas Poussard donne toutes les clefs pour s’installer au pays de Neruda (photo DR)

Le Chili a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps. Surtout pour son parcours en Coupe du monde, périple avorté, hélas !, en 8e de finale après un match magnifique contre le Brésil (1- 1 et victoire du Brésil 3 -2 aux tirs au but, mais ça, c’est une autre histoire).
Mais le Chili, ce n’est pas que la Roja. Ce ne sont pas non plus que les 33 mineurs qui ont survécu 69 jours sous terre et dont l’histoire est en cours d’adaptation par Hollywood.
Le Chili s’est aussi une économie, forte. Sans doute la plus forte de toute l’Amérique latine. Et une douceur de vivre qui peut en séduire plus d’un. De plus en plus d’étrangers décident d’ailleurs de tenter l’aventure dans le pays couloir.
Le Français Thomas Poussard est de ceux-là. Depuis plus de huit ans, il a posé ses bagages au pays du « mote con huesillos », cette boisson hyper-sucrée qu’adorent les Chiliens.
Là-bas, il a découvert des us et coutumes qui lui étaient totalement étrangers. Aujourd’hui, il est comme un poisson dans l’eau et a même développé une activité de guide (à découvrir sur le site Chile private tours).
Son expérience du terrain, il en a fait un livre. Un guide pratique du « Vivre au Chili ». Voyager vers le Chili et dans le pays, travailler, entreprendre, sortir, rencontrer l’âme sœur et même divorcer au Chili, Thomas Poussard aborde tous les pans de la culture andine. Indispensable avant de se rendre dans le pays, pour quelques semaines… ou pour la vie !
Pour Chili et carnets, il revient sur son expérience.

Lire la suite »

Chili : la claque Quercia

with one comment

La couverture du livre "Les rues de Santiago" de Boris Quercia

La couverture du livre « Les rues de Santiago » de Boris Quercia

L’actualité du Chili, ces derniers jours, c’est plus le foot qu’autre chose. Le pays, grand amateur de ballon rond, a les yeux rivés sur la Roja. Pourtant, de foot, dans cet article, il ne sera pas question. En attendant une (bonne) surprise de la sélection chilienne, le coup d’éclat chilien est à découvrir chez les libraires. Son nom : Les rues de Santiago. Son auteur : Boris Quercia.
Santiago, c’est une ville, la capitale du Chili. C’est aussi un prénom. Celui de Quiñones, flic désabusé dont la vie bascule après une intervention sanglante au cours de laquelle il est contraint de tuer un adolescent. Descente aux enfers, vieux démons. Mais aussi optimisme, réalisme, humanisme… Boris Quercia plonge son héros de chair et de sang dans un bain nauséabond émaillé de bulles d’air courtes mais salvatrices où l’amour a également droit de cité. Et le lecteur de se faire happer par ce roman noir comme les bas fonds santiaguinos. Une vraie claque que nous met cet auteur inconnu qui a accepté de répondre aux questions de Chili et carnets. Lire la suite »

Une autre façon de découvrir le Chili

with one comment

Ancien militaire dans les chasseurs alpins, Alain d’Etigny s’est reconverti dans le tourisme. En 2008, il a notamment lancé le site spécialisé en organisation de voyages vers le Chili, Chile Excepción. Alors que le Chili table sur 4 millions de touristes en 2014, zoom sur un groupe qui a parié depuis longtemps sur ce pays longtemps méconnu. De quoi donner des envies de prendre un billet d’avion… Lire la suite »

Le Chili en galettes

with one comment

Avant de sortir "No", succès critique actuellement au cinéma, Pablo Larraín sortait "Tony Manero", sorti en DVD...(photos DR)

Avant de présenter « No », succès critique actuellement au cinéma, Pablo Larraín sortait « Tony Manero », sorti en DVD…(photos DR)

Avec la sortie du film No sur le référendum de 1988 qui a fait tomber Pinochet et l’Ours d’argent de la meilleure actrice à la chilienne Paulina Garcia lors de la 63e Berlinale,  le cinéma chilien est à l’honneur.
Après leurs vies dans les salles obscures, les longs-métrages sont ensuite exploités en DVD. Et si les blockbusters sont assurés d’une belle exposition dans les linéaires, les éditeurs peinent un peu plus à faire exister des films d’auteurs étrangers avec des acteurs peu connus voire inconnus. Les films venus du Chili n’échappent pas à cette règle. Pourtant, malgré un potentiel commercial éminemment moins puissant que Skyfall, les cinéphiles peuvent retrouver en quelques clics des DVD de films chiliens. Dans la société d’édition vidéo Blaq Out, ces films, on les bichonne. Entretien avec Charles Hembert, directeur adjoint de la maison parisienne. Lire la suite »

%d blogueurs aiment cette page :