Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Archive for the ‘Entretien’ Category

Chili : MEO, la rencontre du troisième « type »

with 9 comments

Marco Enríquez-Ominami Chili Progresistas Anthony Quindroit pour "Chili et carnets"

Marco Enríquez-Ominami, le "troisième homme" lors de la dernière présidentielle au Chili, a connu une traversée du désert dans la foulée. Il entend bien peser pour les prochaines échéances électorales (photo Anthony Quindroit)

Presque inconnu en 2009, Marco Enríquez-Ominami a fait sensation lors de l’élection présidentielle au Chili. Au premier tour, sans parti derrière lui, il obtient 20% des suffrages et devient le troisième homme, celui qui peut faire basculer le résultat final. En indiquant son intention de vote – pour Frei, le candidat de la Concertatíon – mais en ne donnant pas de ligne directrice à ses électeurs, MEO, comme tout le monde l’appelle au Chili, a semé le doute. S’en est suivi une traversée du désert. Mais, alors que les élections municipales approchent au Chili (octobre 2012) et que la présidentielle se dessine, MEO revient à la charge. Avec, cette fois, un parti qu’il a créé – Los Progresistas (les progressistes), une base qu’il affirme solide, et un programme à la croisée « de l’écologie et de la gauche au sens large », souligne-t-il, dans un français impeccable. Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

18 février 2012 at 15 h 41 min

Ciper, l’œil critique du Chili

with 2 comments

Mónica González Chili Ciper photo Anthony Quindroit

Mónica González, directrice de la rédaction et présidente de la fondation Ciper, l'un des plus grands sites d'information et d'investigation du Chili (photo Anthony Quindroit)

Au Chili, la pluralité de la presse laisse à désirer. Les principaux journaux que sont El Mercurio et Las Ultimas Noticias appartiennent au même groupe, Tercera, Cuarta et Secunda diluent les mêmes informations, les journaux locaux recyclent les informations des « grands ». Tout n’est pas si noir. Des titres papiers tirent leur épingle du jeu. Le journal satirique The Clinic – dont le nom s’inspire de la clinique où Pinochet est mort – joue le rôle de poil à gratter irrévérencieux. Le Monde Diplomatique édition Chili tire les lecteurs vers le haut au travers de ses dossiers fouillés. Quant au net, il a permis à quelques titres de sortir du lot. El Mostrador en est un. Ciper en est un autre. Et pas des moindres.
A sa tête, Mónica González. Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

8 février 2012 at 1 h 17 min

Gabriel Boric, la révolution étudiante chilienne 2.0

with 2 comments

Gabriel Boric FECh étudiants Chili photo Anthony Quindroit

Gabriel Boric, président de la fédération des étudiants chiliens pour un an, annonce une nouvelle forme de mobilisation dès la rentrée de mars. En 2011, les étudiants sont restés mobilisés plus de sept mois (photo Anthony Quindroit)

Au Chili, Gabriel Boric (25 ans) est le président de la FECh (Federación de estudiantes universidad de Chile), une très puissante association étudiante. En décembre dernier, il a battu la très populaire et très médiatique Camila Vallejo (Chili et carnets en parlait ici). Une victoire pas écrasante, certes, mais une victoire tout de même. Suffisante pour surprendre les médias, mais pas l’intéressé qui, dans les grandes villes comme dans les petites communes, n’a jamais perdu le contact avec le terrain via son mouvement Creando Izquierda (Gauche en création).
Après les grandes marches de 2011 pour un appel à une réforme totale du système éducatif chilien (encore une fois, Chili et carnets a abordé le sujet à plusieurs reprises ici ou), c’est l´heure des vacances estivales pour la jeunesse chilienne. et le moment de préparer la mobilisation pour la rentrée de mars dans les fédérations étudiantes. Ce qui s’annonce, sous quelle forme et avec quelle envergure ? Sa place dans l’échiquier, l’avenir… Pour Chili et carnets, Gabriel Boric fait le point. Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

17 janvier 2012 at 3 h 40 min

Violeta, la mère du folklore chilien

with 5 comments

Angel Parra portrait

Angel Parra raconte ses souvenirs d'enfance aux côtés de sa mère Violeta Parra, grande artiste chilienne engagée dans la sauvegarde du folklore (photo DR)

Des cuecas, des tonadas, des parabienes, des villancicos. Des milliers de kilomètres parcourus, des centaines de bobines, environ deux milles chants consignés précieusement dans des carnets. Et une femme. Violeta Parra. Violetita pour les amis. Une Chilienne bohème et avant-gardiste. Une femme qui a passé la plus grande partie de sa vie à préserver le folklore chilien et à le faire vivre dans son pays et par-delà les frontières. Artiste de caractère, elle a inspiré des chanteurs, des auteurs de renom. Violeta était aussi une mère étonnante. Cette vie, ces différentes facettes, son fils Angel Parra les raconte aujourd’hui dans un livre :  Violeta Parra, ma mère. Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

7 novembre 2011 at 14 h 02 min

Entretien : Luis Sepúlveda, l’étonnant au quotidien

with 2 comments

Luis Sepulveda en Patagonie

Luis Sepúlveda a accepté de répondre, par mail, à quelques questions à l'occasion de la sortie de son livre "Histoires d'ici et d'ailleurs" (photo Daniel Mordzinski)

Il est sans conteste l’auteur le plus emblématique du Chili. Luis Sepúlveda, depuis Le vieux qui lisait des romans d’amour – un succès mondial traduit en trente-cinq langues et vendus à des millions d’exemplaires -, n’a jamais cessé d’envoûter ses lecteurs. Ni d’aborder en filigrane, et parfois plus directement, l’histoire trouble de son pays, le Chili.
Dans son nouveau livre, Histoires d’ici et d’ailleurs paru aux éditions Métailié, Sepúlveda raconte une vingtaine de petites histoires, pour la plupart inédites, glanées au fil de ses rencontres de par le monde. Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

27 juillet 2011 at 1 h 08 min

2006, 2011 : même combat pour la jeunesse chilienne

with 4 comments

Mouvement étudiant à Santiago du Chili en 2006

Déjà en 2006, les lycéens chiliens étaient dans la rue. Les revendications aujourd'hui n'ont pas ou peu changé (photos avec l'autorisation de Rodrigo Torres)

Ils ont beau se surnommer les Pingouins, les étudiants chiliens sont loin d’être manchots. Pourquoi les Pingouins ? A cause des uniformes que doivent porter collégiens et lycéens au Chili.
Depuis plus d’un mois, les Pinguinos, comme on les appelle là-bas, tiennent tête au gouvernement et réclament un changement en profondeur du système scolaire chilien. Chili et carnets l’évoquait il y a quelques semaines ici. Le mouvement ne semble pas vouloir s’essouffler. Au contraire. Les lycéens ont été rejoints par les étudiants et par des professeurs portant les mêmes revendications. Pratiquement identiques à celles scandées durant les grandes manifestations de 2006, du temps de Michelle Bachelet, qui avaient mis la jeunesse dans la rue.
Ce mouvement de 2006, Rodrigo Torres l’a en partie vécu. Il l’a surtout suivi de près dans le cadre de ses études : doctorant en sciences politiques à l’université Paris I, Panthéon-Sorbonne, sa thèse intitulée « Jeunesse, résistance et changement social : le mouvement social comme un « acteur politique » dans la société chilienne post-Pinochet (1986-2006) » revient sur les événements de 2006. Et l’histoire se répète comme le décrypte Rodrigo Torres. Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

17 juillet 2011 at 22 h 17 min

Le maître du polar chilien

with 2 comments

Ramón Díaz-Eterovic

Ramón Díaz-Eterovic, maître du polar chilien, présente son cinquième roman traduit en français (photos DR)

De Santiago du Chili, le touriste ou le voyageur de passage ne verra que les facettes positives d’une cité tentaculaire dominée par la Cordillère des Andes. Dans ses livres, Ramón Díaz-Eterovic entraîne son détective privé dans les ruelles sombres, les quartiers crasses et les salons des anciens militaires planqués depuis la chute d’Augusto Pinochet. On y croise les puissants déchus, les filles de joies sans vie, des amateurs de courses de chevaux et un chat blanc, Simenon, jamais avare d’une conversation discrète avec son maître détective.
En France, l’écrivain chilien Díaz-Eterovic est un illustre inconnu, dont le nom a pu, au hasard des lectures, marquer l’esprit d’amateurs de polars. Car les péripéties d’Heredia constituent une véritable saga. Treize livres sont déjà sortis au Chili – un quatorzième est même écrit. Le détective au nez creux et à la descente facile a aussi eu les honneurs d’une série télé, Heredia & Asociados, en 2005. Une BD, Heredia détective est en préparation.
En France, la passion des bourrins du détective et l’ambiance moite de la Piojera (un bar emblématique de Santiago) n’ont que récemment trouvé leur place chez les libraires. En 2001, les éditions Métailié éditent Les sept fils de Simenon, puis La mort se lève tôt (2004), Les yeux du coeur (2007) et La couleur de la peau (2008). Enfin, ces derniers jours, L’obscure mémoire des armes. Dans ce dernier, la patience et la philosophie d’Heredia est mise à rude épreuve : un homme est abattu et seule sa soeur refuse de croire à l’action isolée de voleurs amateurs. Sans piste réelle, Heredia plonge dans le passé de la victime. Un passé où les mots « torture » et « Villa Grimaldi » sont bien plus que des références à l’histoire trouble du pays. Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

28 mai 2011 at 1 h 50 min

%d blogueurs aiment cette page :