Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Posts Tagged ‘Cueca

Le Chili pleure l’artiste Margot Loyola

leave a comment »

Margot Loyola, une grande dame de la culture chilienne (photo DR/Bibliothèque nationale du Chili)

Margot Loyola, une grande dame de la culture chilienne (photo DR/Bibliothèque nationale du Chili memoriachilena.cl)

Elle n’entendait plus très bien, avait les plus grandes peines du monde à se déplacer mais elle avait conservé son regard franc et son acuité intellectuelle : l’artiste chilienne Margot Loyola est décédée lundi 3 août 2015 à l’âge de 96 ans. Paisiblement.
Peu connue à l’international, cette grande dame du monde des arts était une icône au Chili où deux jours de deuil national ont été décrétés. Drapeaux en bernes – comme ceux du navire Esmeralda en escale à Rouen – pour celle qui a, comme une autre figure du patrimoine artistique chilien Violeta Parra, œuvré pour la préservation et la redécouverte du folklore chilien.
Compositeur, guitariste, pianiste, elle a parcouru le pays couloir à la recherche de partitions oubliées et de pas de danse séculaires. Son engagement pour la culture chilienne a été récompensé en 1994 du Prix national des arts musicaux ; une première pour une artiste dite folkloriste.
Si l’histoire retient surtout l’action de Violetta Parra, les deux femmes étaient très amies et s’admiraient profondément. Mais avaient des styles radicalement opposés, comme Margot le rappelait au cours d’une interview au journal La Tercera, en 2010 :

  • « Moi, j’aimais l’école, les salles de classe, les études, les salons. Elle, non. J’avais une voix travaillé car j’ai étudié avec Blanca Hauser et cela a marqué mon timbre. Elle, non. Pour elle, une folkloriste qui étudiait le chant était perdue. Elle me disait « vous chantez pour les riches ». Je lui répondait : « vous faites de la politique, pas du folkore. » Mais Violeta était un génie. Moi, non. »

Pour beaucoup, Violeta était la voix du terroir, du peuple, de la gauche. Margot Loyola était, quant à elle, considérée comme la voix des officiers bien qu’elle n’a jamais été politisée.
Discrète depuis quelques années, elle ne courait pas après les célébrations ni les commémorations. Chaque anniversaire, disait-elle, « est une année de moins à vivre. Une année de maturité de plus, bien sûr, mais une année de moins à vivre et la vie est trop courte. Ce n’est qu’un éclat dans le temps. »
Des milliers de Chiliens lui ont rendu hommage à Santiago au cours d’une grande cueca, la danse nationale, avant des obsèques nationales.
L’artiste Margot Loyola avait demandé à ce qu’il n’y ait pas de fleur pour la cérémonie. Elle voulait que chacun apporte un produit alimentaire à donner à une association d’aide aux plus démunis.

Written by Anthony Quindroit

5 août 2015 at 19 h 28 min

Violeta, la mère du folklore chilien

with 5 comments

Angel Parra portrait

Angel Parra raconte ses souvenirs d'enfance aux côtés de sa mère Violeta Parra, grande artiste chilienne engagée dans la sauvegarde du folklore (photo DR)

Des cuecas, des tonadas, des parabienes, des villancicos. Des milliers de kilomètres parcourus, des centaines de bobines, environ deux milles chants consignés précieusement dans des carnets. Et une femme. Violeta Parra. Violetita pour les amis. Une Chilienne bohème et avant-gardiste. Une femme qui a passé la plus grande partie de sa vie à préserver le folklore chilien et à le faire vivre dans son pays et par-delà les frontières. Artiste de caractère, elle a inspiré des chanteurs, des auteurs de renom. Violeta était aussi une mère étonnante. Cette vie, ces différentes facettes, son fils Angel Parra les raconte aujourd’hui dans un livre :  Violeta Parra, ma mère. Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

7 novembre 2011 at 14 h 02 min

Les fêtes patriotiques s’annoncent tendues

leave a comment »

Sebastián Piñera  Cueca

En 2010, le président Sebastián Piñera avait lancé les festivités nationales avec quelques pas de cueca. L'ambiance semble moins riante alors que les fiestas patrias démarrent vendredi (photo DR Ministerio secretaría general de gobierno)

Le 18 septembre au Chili, c’est jour de fête nationale. Les traditionnelles Fiestas patrias célébrant les prémices de l’indépendance chilienne. L’année dernière, la grande interrogation tournait autour du nombre de jours fériés alloués pour le bicentenaire – la junte ayant démarré le processus d’indépendance s’est constituée en 1810 – dans un pays alors durement touché par le tremblement de terre et suspendu au sort de 33 mineurs enfermés sous terre. C’était les 200 ans, une date symbolique et le pays avait besoin de faire la fête, de se sentir uni. Lire la suite »

Written by Anthony Quindroit

12 septembre 2011 at 23 h 34 min

%d blogueurs aiment cette page :