Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Posts Tagged ‘livre Chili

Chili : Quercia, le polar sans fard

leave a comment »

Et voilà, encore une claque signée Quercia. Le genre qui vous laisse une belle trace de doigts sur la joue. D’accord, dans ses précédents romans, l’auteur chilien ne nous avait pas habitués à être bichonnés – Chili et carnets parlait déjà du premier, Les rues de Santiago (et, déjà, le nom « claque » claquait), avec l’auteur, puis du deuxième, Tant de chiens, au moment de leurs sorties – bien au contraire.
Le style Quercia, c’est du direct. Du brutal. Pas de poésie, pas de lyrisme, pas d’euphémisme. Et La légende de Santiago, troisième volet des enquêtes du flic Quiñones, ne sort pas vraiment son héros des ténèbres… Dès les premières pages, et sans divulgâcher (à l’occasion, quand on peut éviter un anglicisme…) puisque c’est le résumé officiel du roman, Santiago Quiñones aide quelqu’un à passer de vie à trépas. Et même pour un gars qui n’hésite pas à dézinguer les salopards, tuer un homme de cette manière n’est pas chose aisée. Si au moins il pouvait reprendre un peu d’air auprès de Marina, la seule femme qu’il ait aimée… Mais non. Cette dernière, dans un sursaut de lucidité, le laisse à son destin de cocaïnomane assermenté et à son enquête sur des crimes racistes perpétrés dans un Chili socialement cadavérique. Pour couronner le tout, il tombe sur un paquet qui aurait fait pâlir Escobar et qui ne va pas l’aider à décrocher. Ni lui permettre de vivre sereinement, car ce paquet de coke perdu appartient forcément à quelqu’un. Et pas à un enfant de chœur… Lire le reste de cette entrée »

Publicités

La Colonia Dignidad côté thriller

leave a comment »

"La colonie", par Johann Etienne

« La colonie », par Johann Etienne

C’est un endroit que le Chili préférerait oublier : la Colonia Dignidad. Là, des nazis – dont Paul Schaefer – ayant fui l’Europe à la fin de la Seconde Guerre Mondiale ont trouvé refuge. Lorsque Pinochet prend le pouvoir, la Colonie apporte son soutien à la police militaire. En retour, le sinistre lieu obtient une forme d’immunité et peut continuer dans le secret le plus total des expériences et autres abus sur des Chiliens.
Depuis 2007, la Colonia est devenue Villa Baviera, un espace dédié au tourisme.
Mais son histoire lui colle à la peau. Alors qu’un film doit sortir prochainement sur le sujet (Colonia, avec Emma Watson), cette histoire a inspiré l’auteur Johann Etienne. Dans son dernier roman, il fait de ce lieu le point de départ de La colonie, un thriller original dans lequel un homme sans histoire se retrouve embarqué dans une histoire qui le dépasse quand un clandestin Chilien arrive en France avec une pathologie rarissime et une étrange marque sur le visage. Fouillé, dense et sombre, le livre de Johann Etienne réussit son coup. Entretien avec un auteur méconnu. Lire le reste de cette entrée »

Written by Anthony Quindroit

20 février 2016 at 20 h 43 min

%d blogueurs aiment cette page :