Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Posts Tagged ‘Pinochet

Premier tour de la présidentielle au Chili où l’extrême droite vire en tête : « Un danger pour la démocratie ! »

leave a comment »

Pierre Lebret, politologue

Le premier tour de la présidentielle au Chili s’est tenu ce dimanche 21 novembre 2021.

Et si les sondages tenaient pour acquis la présence du candidat José Antonio Kast Rist dans les favoris, le fait que le candidat d’extrême-droite soit en tête au premier tour et capable de l’emporter lors du second tour, programmé en décembre, jette le trouble. Défenseur de Pinochet, admirateur de Trump et Bolsonaro, il devance, avec 27,91% des suffrages, le candidat de la coalition de gauche Apruebo Dignidad Gabriel Boric (25,83%), député trentenaire, ancien leader étudiant très en pointe sur les questions sociales qui ont secoué le pays ces dernières années.

Le duel entre les deux hommes diamétralement opposés a balayé les politiques traditionnels et complètement polarisé le débat alors que le pays est à l’aune d’un renouveau historique avec un vote récent en faveur d’une nouvelle constitution, visant à remplacer celle héritée de la dictature.

Pierre Lebret, politologue spécialiste de l’Amérique latine fait le point pour Chili et carnets sur cette situation inédite au Chili.

Lire le reste de cette entrée »

Written by Anthony Quindroit

22 novembre 2021 at 22 h 09 min

Marie-Emmanuelle Verhoeven, la Française dans le collimateur du Chili

leave a comment »

La page "Soutenons Marie-Emmanuelle Verhoeven" sur Facebook (capture d'écran)

La page « Soutenons Marie-Emmanuelle Verhoeven » sur Facebook (capture d’écran)

Après seize mois de prison en Inde, où elle se rendait pour une retraite bouddhiste, Marie-Emmanuelle Verhoeven a été libérée. Mais elle n’est pas libre pour autant.

 Cette Nantaise de 56 ans a été arrêtée en 2015 à son arrivée sur le territoire indien à la demande de la justice chilienne qui réclame son extradition. Marie-Emmanuelle Verhoeven est soupçonnée d’avoir pris part à l’assassinat du sénateur Jaime Guzman Errazuriz en avril 1991. Le politique de droite était un proche de Pinochet ; il est même considéré comme l’un des principaux instigateurs de la politique pinochetiste. Guzman a été abattu par des membres du Frente Patriotico Manuel Rodriguez (FPMR), un groupe d’extrême-gauche.
 Le lien avec Marie-Emmanuelle Verhoeven ? Elle a vécu au Chili de 1985 à 1995. Elle a également travaillé dans l’administration pénitentiaire au Chili en 1994 et, dans le cadre de son travail avec les Nations Unies, croisé des membres d’une faction du FPMR accusés de l’assassinat. Suffisant pour l’accuser d’être une membre active du groupe ? Pour la justice chilienne, oui… Le dossier de l’assassinat de Guzman a été rouvert en 2010 alors que la droite de Sebastián Piñera arrive au pouvoir. Marie-Emmanuelle Verhoeven est rentrée en France depuis bien longtemps et n’a jamais été inquiétée. Jusqu’à un voyage en Allemagne en 2014 Lire le reste de cette entrée »

Written by Anthony Quindroit

1 août 2016 at 11 h 17 min

Rouen accueille le navire chilien « Esmeralda »

with 2 comments

Le navire chilien "Esmeralda" arrive à Rouen lundi 3 août 2015 (photo DR page Facebook Buque escuela Esmeralda)

Le navire chilien « Esmeralda » arrive à Rouen lundi 3 août 2015 (photo DR page Facebook Buque escuela Esmeralda)

C’est un fameux quatre-mâts fin comme un oiseau. Pas de Santiano ici, mais du Santiago. Le voilier Esmeralda est de retour à Rouen (Seine-Maritime) du lundi 3 août au samedi 8 août.
Le navire-école de la marine chilienne a quitté Valparaíso pour un périple qui le fait passer par les côtes britanniques, françaises, hollandaises, brésiliennes… Mais sa venue dans le chef-lieu normand, même si ce n’est pas une première, en fait un événement de taille.
La goélette à brigantine, la sixième du nom, est en effet venue à quelques reprises dans le port normand, habitué à recevoir les géants des mers au cours de ses incontournables Armada. C’est d’ailleurs grâce aux liens tissés avec l’équipe de l’événement rouennais, Patrick Herr en tête, que le quatrième plus grand voilier du monde, surnommé La Dame blanche, jette l’ancre en Normandie. Lire le reste de cette entrée »

Written by Anthony Quindroit

1 août 2015 at 18 h 43 min

Le Chili tient dans un livre

leave a comment »

Dans son livre "Vivre le Chili", Thomas Poussard donne toutes les clefs pour s'installer au pays de Neruda (photo DR)

Dans son livre « Vivre le Chili », Thomas Poussard donne toutes les clefs pour s’installer au pays de Neruda (photo DR)

Le Chili a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps. Surtout pour son parcours en Coupe du monde, périple avorté, hélas !, en 8e de finale après un match magnifique contre le Brésil (1- 1 et victoire du Brésil 3 -2 aux tirs au but, mais ça, c’est une autre histoire).
Mais le Chili, ce n’est pas que la Roja. Ce ne sont pas non plus que les 33 mineurs qui ont survécu 69 jours sous terre et dont l’histoire est en cours d’adaptation par Hollywood.
Le Chili s’est aussi une économie, forte. Sans doute la plus forte de toute l’Amérique latine. Et une douceur de vivre qui peut en séduire plus d’un. De plus en plus d’étrangers décident d’ailleurs de tenter l’aventure dans le pays couloir.
Le Français Thomas Poussard est de ceux-là. Depuis plus de huit ans, il a posé ses bagages au pays du « mote con huesillos », cette boisson hyper-sucrée qu’adorent les Chiliens.
Là-bas, il a découvert des us et coutumes qui lui étaient totalement étrangers. Aujourd’hui, il est comme un poisson dans l’eau et a même développé une activité de guide (à découvrir sur le site Chile private tours).
Son expérience du terrain, il en a fait un livre. Un guide pratique du « Vivre au Chili ». Voyager vers le Chili et dans le pays, travailler, entreprendre, sortir, rencontrer l’âme sœur et même divorcer au Chili, Thomas Poussard aborde tous les pans de la culture andine. Indispensable avant de se rendre dans le pays, pour quelques semaines… ou pour la vie !
Pour Chili et carnets, il revient sur son expérience.

Lire le reste de cette entrée »

Neruda, le mystère levé

with one comment


Sept mois après avoir exhumé le corps de Pablo Neruda, Patricio Bustos , le chef du service médico-légal du Chili, qui confirmait le 19 juillet 2011 le suicide de Salvador Allende, l’affirme en ce vendredi 8 novembre 2013 : le prix Nobel de littérature 1971 et anti-Pinochet revendiqué, Pablo Neruda, n’aurait pas été empoisonné. Lire le reste de cette entrée »

Séance de rattrapage : « No » sans hésitation

with 3 comments

Gabriel García Bernal incarne le publicitaire fictif qui aurait imaginé l'audacieuse campagne du "Non" à Pinochet en 1988 (photos DR Wild Side)

Gabriel García Bernal incarne le publicitaire fictif qui aurait imaginé l’audacieuse campagne du « Non » à Pinochet en 1988 (photos DR Wild Side)

Le temps n’est pas extensible. Et quand No, un film du réalisateur chilien Pablo Larraín, a débarqué au cinéma, il n’a pas été possible d’assister à une projection.
Séance de rattrapage indispensable donc, alors que ce long-métrage avec Gael García Bernal vient de sortir en DVD.
La dictature de Pinochet tangue sévèrement. Le général putschiste, espérant inspirer des signes d’ouverture, organise un référendum pour que les Chiliens décident si, oui ou non, il restera au pouvoir. Alors qu’il est persuadé d’être conforté à La Moneda, il offre, grand seigneur !, aux partisans du « non » quelques minutes d’antenne pour faire campagne.
C’était sans se douter qu’ils seraient particulièrement imaginatifs et pugnaces et que leurs publicités entraînantes mobiliseraient les Chiliens. Lire le reste de cette entrée »

Chili : le début de la fin du « 11 septembre »

with 2 comments

Maire de Providencia, près de Santiago-du Chili, María Josefa Errázuriz a fait adopter un changement de rue pas si anodin (photo DR)

Maire de Providencia, près de Santiago-du Chili, María Josefa Errázuriz a fait adopter un changement de nom de rue pas si anodin (photo DR)

Plusieurs villes du Chili, dont la capitale Santiago, ont une rue du 11 septembre. Cette date n’a rien à voir avec les attentats de New York (au cas où vous arriveriez sur ce site pour la première fois !). Elle correspond au 11 septembre 1973, date du coup d’Etat de Pinochet, de la mort d’Allende les armes à la main et du début de la dictature.
Le touriste pourrait penser que ces rues du 11 septembre disséminées dans tous le pays ont été baptisées ainsi à la mémoire du président Allende, héros et héraut de la Unidad Popular. Il n’en est rien. Ces artères ont été nommées ainsi après le putsch militaire pour célébrer la prise du pouvoir.
Et, bien que Pinochet ait quitté le pouvoir le 11 mars 1990 – ce qui n’était pas une évidence comme le rappelle le film No, bientôt chroniqué sur Chili et carnets – les rues en l’honneur du coup d’Etat sanglant et du bombardement de la Moneda n’ont jamais été débaptisées.

Lire le reste de cette entrée »

Neruda : l’hypothèse de l’assassinat relancée

with one comment

Pablo Neruda, en 1971 (photo DR)

Pablo Neruda, en 1971 (photo DR)

Près de quarante ans après sa mort, le 23 septembre 1973, la mort du poète chilien Pablo Neruda continue d’intriguer.
La version officielle veut que le prix Nobel de littérature de 1971 soit décédé d’un cancer du pancréas, peu après le coup d’Etat de Pinochet au Chili. La version officieuse, farouchement défendue par l’ancien chauffeur de Neruda, Manuel Araya, s’oriente vers l’empoisonnement de cette figure emblématique du Chili.
Il est en effet connu que Pablo Neruda était opposé à Pinochet. Les pinochetistes voyaient certainement d’un mauvais œil la popularité de Neruda.
Le 8 avril 2013, après des années de doute, le corps de Pablo Neruda a été exhumé de sa dernière demeure, une tombe face à la mer à la résidence Isla Negra, dans la ville d’El Quisco, à une centaine de kilomètres à l’Ouest de Santiago-du-Chili. Objectif : mener une série de tests et d’analyses toxicologiques pour tenter de déceler d’éventuelles traces de poison. Les experts n’ont toujours pas rendu leurs conclusions, l’absence de documents concernant le traitement suivi par Neruda à l’époque compliquant un peu plus la tâche.
Mais, alors que ces recherches sont toujours en cours, un nouvel événement relance la thèse de l’assassinat. Lire le reste de cette entrée »

Les « wanted » du Chili

with one comment

La page Interpol des personnes recherchées par les autorités chiliennes au 20 mai 2013 (illustrations captures d'écran Interpol)

La page Interpol des personnes recherchées par les autorités chiliennes au 20 mai 2013 (illustrations captures d’écran Interpol)

Sur le site d’Interpol, les mines patibulaires fixent l’internaute. Classés par pays, les criminels les plus recherchés des polices du monde ont le droit à leurs fiches et à leurs clichés en bonne et due forme. Pour le Chili, dix personnes font l’objet d’un avis de recherches pour des raisons diverses et variées. Lire le reste de cette entrée »

Chili : le jaguar garde la forme

with one comment

L'évolution du produit intérieur brut (PIB) du Chili depuis 1960 (source Banque mondiale, graphique Google)

L’évolution du produit intérieur brut (PIB) du Chili depuis 1960 (source Banque mondiale, graphique Google)

Les chiffres sont tombés. Avec un gain de 5,6% au premier trimestre 2012, l’économie chilienne reste en grande forme. Porté par les services aux entreprises, le commerce, le bâtiment et le dynamisme des secteurs de l’eau, du gaz et de l’électricité, le Chili conserve son statut de « Jaguar de l’Amérique du Sud ».
Le modèle économique du Chili n’a pas changé depuis l’ère Pinochet et la mainmise des Chicago boys. Cuivre et éducation privatisés, entreprise d’Etat passées dans le privé… Le libéralisme demeure la règle. Et, d’un point de vue économique, avec un produit intérieur brut à 212,7408 milliards de dollars – en large hausse depuis le milieu des années 70 (Pinochet a pris le pouvoir en 1973) -, les résultats sont là. Le cuivre, dont le Chili assure près de 35% de la production mondiale, continue de générer des milliards, même en temps de crise(s).
Mais le « jaguar » a des taches. Cette économie arrogante par sa vitalité masque de profondes inégalités au Chili. Les différences entre riches et pauvres continuent d’être exacerbées. L’éducation payante – contre laquelle les étudiants ont repris la mobilisation – est le symbole emblématique d’une répartition des richesses inexistantes au Chili. Idem dans le domaine de la santé. Sans oublier le chômage (environ 7%), les différences salariales entre hommes et femmes… En 2005, l’ONU classait même le Chili à la 113e place des pays les plus inégalitaires. Et ce malgré des indicateurs économiques détonants. Comme quoi, une économie peut être florissante. Et boiteuse à la fois.

Written by Anthony Quindroit

20 mai 2012 at 23 h 27 min

%d blogueurs aiment cette page :