Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Posts Tagged ‘Valparaiso

Chili : Michelle Bachelet, la disgrâce

leave a comment »

Michelle Bachelet (photo DR)

Michelle Bachelet (photo DR)

Le contexte socio-économique est difficile au Chili. Les manifestations se multiplient. Samedi 21 mai, l’un de ses mouvements s’est achevé sur un drame : un homme est mort à Valparaíso. Il s’agit d’un vigile, extérieur à la manifestation, pris dans un incendie alors que le mouvement, qui s’envenimait était dispersé par les gaz lacrymogènes des forces de l’ordre. Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Written by Anthony Quindroit

25 mai 2016 at 0 h 34 min

Le Chili tient dans un livre

leave a comment »

Dans son livre "Vivre le Chili", Thomas Poussard donne toutes les clefs pour s'installer au pays de Neruda (photo DR)

Dans son livre « Vivre le Chili », Thomas Poussard donne toutes les clefs pour s’installer au pays de Neruda (photo DR)

Le Chili a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps. Surtout pour son parcours en Coupe du monde, périple avorté, hélas !, en 8e de finale après un match magnifique contre le Brésil (1- 1 et victoire du Brésil 3 -2 aux tirs au but, mais ça, c’est une autre histoire).
Mais le Chili, ce n’est pas que la Roja. Ce ne sont pas non plus que les 33 mineurs qui ont survécu 69 jours sous terre et dont l’histoire est en cours d’adaptation par Hollywood.
Le Chili s’est aussi une économie, forte. Sans doute la plus forte de toute l’Amérique latine. Et une douceur de vivre qui peut en séduire plus d’un. De plus en plus d’étrangers décident d’ailleurs de tenter l’aventure dans le pays couloir.
Le Français Thomas Poussard est de ceux-là. Depuis plus de huit ans, il a posé ses bagages au pays du « mote con huesillos », cette boisson hyper-sucrée qu’adorent les Chiliens.
Là-bas, il a découvert des us et coutumes qui lui étaient totalement étrangers. Aujourd’hui, il est comme un poisson dans l’eau et a même développé une activité de guide (à découvrir sur le site Chile private tours).
Son expérience du terrain, il en a fait un livre. Un guide pratique du « Vivre au Chili ». Voyager vers le Chili et dans le pays, travailler, entreprendre, sortir, rencontrer l’âme sœur et même divorcer au Chili, Thomas Poussard aborde tous les pans de la culture andine. Indispensable avant de se rendre dans le pays, pour quelques semaines… ou pour la vie !
Pour Chili et carnets, il revient sur son expérience.

Lire le reste de cette entrée »

Valparaíso, proie des flammes

leave a comment »

L'incendie sur Valparaíso a entraîné l'évacuation de 10000 personnes (photo DR)

L’incendie sur Valparaíso a entraîné l’évacuation de 10000 personnes (photo DR)

Un terrible incendie ravage la délicieuse ville de Valparaíso, connue notamment pour ses ascensores. Depuis samedi soir, les flammes ont fait au moins seize morts, selon les forces de l’ordre sur place. L’Onemi, l’organisme chilien en charge de la sécurité publique, rapporte que trois personnes sont également dans un état grave.
Plus de cinq cents foyers ont été détruits et environ 10000 personnes ont dû être évacuées en urgence, selon un dernier pointage effectué peu après 20h (heure française) dimanche 13 avril.
Le sinistre, selon les premiers éléments, aurait démarré dans le voisinage de la ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Un feu dans le quartier de la Polvora aurait ainsi détruit une quinzaine d’hectares de végétations avant de se propager aux habitations de Valpo et aux collines de la cité portuaire où Pablo Neruda avait une demeure.Après un récent tremblement de terre, pour lequel elle avait émis une alerte préventive au tsunami, la présidente Michelle Bachelet a rapidement déclenché un plan d’urgence, mobilisant les casernes de pompiers jusqu’à Santiago, à 120 kilomètres de Valparaíso.
L’Onemi et la Conaf (l’office national des forêts) ont envoyé sur zone vingt avions et hélicoptères pour lutter contre les flammes qui auraient déjà ravagé 760 hectares. Plus de 3500 personnes sont mobilisées pour combattre cet incendie sans précédent.

Valparaíso, la ville où des milliers de touristes passent chaque année, est durement touchée (photo creative commons Anti-Patrimonio)

Valparaíso, la ville où des milliers de touristes passent chaque année, est durement touchée (photo creative commons Anti-Patrimonio)

Written by Anthony Quindroit

13 avril 2014 at 21 h 58 min

Valparaíso va reprendre de la hauteur

with one comment

Les ascensores, emblématiques de Valparaíso

Avec ses maisons colorées accrochées à la colline, Valparaíso est l’une des villes les plus emblématiques du Chili. De la superbe maison de Pablo Neruda aux promenades dans les cerros, l’attrait touristique de cette ville portuaire est indéniable. L’une des particularités de la cité maritime, et non des moindres, ce sont ses ascensores, quinze antiques funiculaires datant, pour le plus ancien, de la fin du XIXe siècle. Pour une misère, ils font voyager dans le temps les flots de touristes. Enfin, quand ils fonctionnent ! La maintenance sur les différentes machines est de plus en plus régulière et certaines sont en panne depuis de longs mois.

Le ministre Hinzpeter a annoncé le rachat de dix appareils

Entre les ascensores appartenant à la municipalité et ceux à des entreprises privées, l’entretien laisse à désirer. Sauf que Valparaíso a un rang à tenir. L’Etat chilien a donc annoncé son intention de racheter dix funiculaires pour un montant estimé à 2000 millions de pesos (moins de 3 millions d’euros) pièce. Il s’agit pour le gouvernement de tenir une promesse de campagne du président Piñera au sujet du maintien des ascensores. « Ils font partie du patrimoine culturel et historique du port et ils ne peuvent pas disparaître », a rappelé Rodrigo Hinzpeter Kirberg, ministre de l’Intérieur chilien, lors de l’annonce du plan de rachat il y a quelques jours. Florida, Mariposas, Monjas, Artillería, Cordillera, Concepción, Larraín, Espíritu Santo, Villaseca et Lecheros seront donc propriétés de l’Etat avant la fin de l’année 2011.
Au delà de l’enjeu touristique, l’image de la ville, inscrite au Patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 2003, est en jeu. Valparaíso est en effet le plus important port chilien. Mais il est en perte de vitesse. En lui redonnant son lustre d’antan et en s’assurant que ses plus beaux atours sont en état, le gouvernement évite la mauvaise publicité. Il met aussi à l’abri des engins classés monuments historiques depuis 1979, pour l’ascensore Polanco, et 1998 pour les quatorze autres.

Written by Anthony Quindroit

1 mai 2011 at 22 h 31 min

Quand la BD évoque la Colonia Dignidad

with 2 comments

Sans tomber dans la caricature, l’Amérique du Sud a longtemps été un Eden pour les nazis soucieux de se faire oublier à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Le Chili n’a, hélas !, pas fait exception à la règle. L’actualité s’est chargée de le rappeler il y a peu avec le décès de Paul Schäfer, ancien dignitaire nazi, mort le 24 avril 2010 alors qu’il était emprisonné à Santiago. Condamné à plusieurs reprises – pour pédophilie et actes de torture durant la dictature pinochetiste – Paul Schäfer était à l’origine de la Colonia Dignidad. Cette « colonie », dirigée par des anciens nazis venus se mettre au vert, accueille des enfants chiliens, notamment de jeunes Mapuches, dont les familles sont sans ressource. Les jeunes deviennent ensuite des proies faciles pour El Tio Permanente (l’oncle permanent) comme se faisait appeler Schäfer, ami personnel de Pinochet…

D'abord en toile de fond et, pour le troisième tome, comme moteur de l'histoire, le Chili fait partie intégrante du scénario de "Borderline"

Cet épisode peu glorieux de l’histoire chilienne est abordé dans le tome III de la bande dessinée Borderline. Au dessin, Nathalie Berr. Au scénario, Alexis Robin. Avant même l’écriture du scénario, l’auteur savait déjà que le Chili serait un élément indispensable de sa nouvelle série. Pour Chili et Carnets, il revient sur l’origine de ce projet, son travail de documentation et sur cette volonté de dévoiler un pan de l’histoire rarement abordé.

Pourquoi avoir choisi le Chili comme pays d’origine de la drogue qui fait basculer le héros de l’histoire ?

Alexis Robin : « Quand j’ai eu l’idée de cet écrivain qui se met à écrire des histoires dans un état second, il me fallait un catalyseur. J’ai pensé aux psychotropes qui peuvent exister en Amérique du Sud. Il me fallait donc une consonance hispanique. J’ai donc inventé le nom de cette herbe, Tocohuaca. Mais, si je la fais venir du Chili, des Mapuches, elle n’existe pas. Et si son nom a une signification, je ne la connais pas ! »
Mais vous saviez déjà que le personnage principal irait au Chili ?

Alexis Robin (photo © Laurent Mélikian pour Bamboo Édition)

« Oui. Fernando Villa devait partir sur les traces de ce produit qui lui fait écrire les histoires de gens qu’il ne connaît pas.  Et je voulais voir Valpararaíso. J’ai vu des documentaires sur cette ville, avec ces maisons qui se chevauchent pour grimper sur la colline… »
Des documentaires ? Etes-vous allé sur place ?
« Non, il y a eu beaucoup de travail sur internet. Nathalie Berr, la dessinatrice, s’est aussi inspirée de photos. Mais ces recherches ont permis de développer l’histoire différemment. »
C’est à dire ?
« A la base, en parlant du Chili, j’étais parti sur Pinochet. Je voulais parler de cette dictature. En creusant, je suis tombé sur l’histoire de cette Colonia Dignidad. Une base créée par Schäfer, un ancien nazi. Pinochet se servait aussi de cet endroit comme base de torture ! C’était un lieu coupé du monde, avec sa propre économie. Les enfants étaient à la merci des gardes… »
Vous évoquez également le peuple Mapuche et le regard des Chiliens sur eux…
« Quand je me suis lancé dans l’écriture du scénario, je n’avais pas d’idée préconçue sur le peuple indien au Chili. Mais ils ont été emprisonnés, spoliés de leurs terres… J’ai eu envie d’évoquer ça aussi. De dire que, malgré la démocratie, il y a encore des injustices. »
Fernando Villa va-t-il rester au Chili ?
« Le quatrième scénario est terminé. Il est de retour en France. Mais il a du mal à reprendre le cours de sa vie et à accepter son rôle de chaman Mapuche, de Kumlikan. Ce qui signifie « Pierre à moitié rouge ». Il n’est plus au Chili, c’est désormais un « Chaman sans frontières » ! »

Quelques planches du tome III de "Borderline" (avec l'aimable autorisation de Bamboo Editions)

Paul Schäfer

Written by Anthony Quindroit

17 mai 2010 at 15 h 25 min

%d blogueurs aiment cette page :