Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Chili et Bolivie, l’amer combat

with 3 comments

(Mise à jour le 26 décembre 2011)
Il y a quelques semaines, une sortie du président bolivien Evo Morales faisait grincer des dents le gouvernement chilien. Sous couvert d’humour, Morales admettait vouloir « récupérer Atacama » afin de bénéficier d’un accès à la mer (lire ici, le premier article sur le sujet).
D’humour, il ne semble plus question désormais. Cette fois, Evo Morales assure qu’il va porter plainte devant les gouvernements internationaux pour récupérer l’accès à la mer dont bénéficiait son pays jusqu’en 1879, le début de la guerre du Pacifique entre les deux pays. L’annonce est tombée le 23 mars, à l’occasion du traditionnel Día del mar, la fête de la mer. L’information, dévoilée par le quotidien bolivien La Razón, n’a rien d’une boutade. Depuis cinq ans, les deux gouvernements échangent et débattent sur ce thème mais ne trouvent pas d’arrangement. Le Chili fait bien quelques fleurs à la Bolivie en termes d’accès et de droits de douane. Pas assez au goût du Bolivien qui entend récupérer sa souveraineté maritime. « Nous continuerons tout de même à discuter franchement et sincèrement avec le Chili comme nous le faisons depuis cinq ans », a conclu Evo Morales.
Relations tendues
La méthode ne fait pas l’unanimité, un sénateur bolivien déplorant « que l’on agisse de façon unilatérale en demandant d’un côté et en attaquant de l’autre », d’autres estimant qu’il s’agit surtout d’une attaque idéologique, Morales étant de gauche, le président chilien Sebastian Piñera, de droite.
« Cette annonce représente un sérieux obstacle aux relations entre les deux pays », a fait savoir Piñera qui, il y a encore quelques semaines, assurait qu’il était hors de question de céder à son voisin enclavé un accès maritime. « Nous n’attendrons pas 132 ans de plus », a prévenu de l’autre côté des Andes, le ministre des relations extérieures bolivien. Ce qui s’appelle mettre du sel dans les affaires politiques. Du sel marin, évidemment.

Mise à jour :
La Bolivie a annoncé officiellement que 2012 serait l’année du dépôt de la requête devant les autorités compétentes (la cour d’arbitrage permanente ou la cour internationale de justice) pour récupérer un accès au littoral via le Chili. Le voisin du chili est l’un des plus pauvres d’Amérique latine et estime que sa défaite au XIXe siècle est la raison de cette situation économique compliquée. En récupérant les 400 km de côte perdus, la Bolivie espère ainsi revenir dans la course au niveau économique. Pour Santiago, l’annonce promet de poser « de sérieux obstacles aux relations bilatérales », ce qu’avait déjà précisé le président chilien Sebastian Piñera.

Advertisements

Written by Anthony Quindroit

28 mars 2011 à 0 h 47 min

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] Bolivie au XIXe siècle lors de la Guerre du Pacifiques (Chili et carnets en parlait ici ou encore là). Cette exigence de plus en plus pressée tend les relations bilatérales. Et un tel événement ne […]

  2. […] guerre du Pacifique est terminée de longue date – même si les répercussions continuent de se ressentir aujourd’hui. Pourtant, le Chili et le Pérou n’ont jamais vraiment cessé de s’affronter. Au centre […]

  3. […] Pacifique, c’est l’histoire sans fin. Chili et carnets vous en parlait déjà ici, alors que le président Evo Morales souhaitait porter l’affaire devant les autorités […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :