Chili et carnets

Le Chili sous toutes les coutures

Posts Tagged ‘tremblement de terre

Séismes à répétition dans le sud du Chili

leave a comment »

Dans le sud du Chili, les régions du Maule et de Biobío ne cessent de trembler depuis les dernières 24 heures. Le premier temblor a été enregistré dans la soirée par le service sismologique de la Universidad de Chile. Il se situe à 5,2 sur l’échelle de Richter. Dix minutes après, peu avant 22h, le second affichait 4,3. Et ainsi de suite de suite…Aucun risque de tsunami, selon la Shoa (Servicio hidrográfico y oceanográfico de la armada, le service en charge notamment des alertes aux tsunamis). La succession de tremblements de terre de faible et moyenne intensité n’aurait fait ni victime ni dégât, selon les différentes informations.
Sur le web, la série interpelle et certains craignent que ces tremblements successifs annoncent un séisme plus violent. D’autres en appellent au calme : « Nous sommes dans un pays situé sur une zone sismique, évoque un internaute chilien. Nous ne devons pas nous inquiéter au moindre petit tremblement. Et nous devons aussi être prévoyants en ayant toujours de l’eau, des piles… Tout ce qu’il faut en cas de tremblement de terre. »
Aucune autre communication n’a pour l’instant été délivrée par les services officiels.
Et dire que l’on pensait que la fin du monde était passée…

Publicités

Written by Anthony Quindroit

27 décembre 2012 at 15 h 17 min

Chili : Tremblement de terre de « moyenne intensité » près de Santiago

with one comment

Ce jeudi 11 octobre, vers 14h23 au Chili (19h23 heure française), la région de Santiago a été secouée par un tremblement de terre annoncé à 5,7 sur l’échelle de Richter. L’annonce a vite été relayée par les médias et les réseaux sociaux mais peu d’informations « officielles » ont, pour l’instant, filtré quant aux éventuelles victimes et aux dégâts possibles.
Toutefois, le Servicio hidrográfico y oceanográfico de la armada (Shoa, en charge de l’étude des risques océaonographiques) a écarté le risque de tsunami aux abords de Valparaíso.
L’épicentre du tremblement de terre se situerait aux abord de Los Andes, à 70 km au nord – nord-est de Santiago-du-Chili.
Les premiers retours ne font pas état de problèmes majeurs. Les communications avec la région métropolitaine – notamment vers les portables – sont en revanche très compliquées.
Le service de métro de Santiago a pu reprendre du service aux environs de 15h10.
Ce n’est pas la première fois que le pays est touché par de tels tremblements.

  • « Ils sont assez fréquents au Chili, et nous en enregistrons très régulièrement – voire même tous les jours – dans ce secteur, explique un sismologue sur la chaîne 24h. Et un tremblement de forte magnitude ne signifie par pour autant que toute l’énergie a été libérée », continue-t-il en faisant sûrement allusion au tremblement de terre meurtrier de février 2010.

Une des premières vidéos, mise en ligne par le quotidien La Tercera, montre l’intensité – apparemment légère, ressentie et le calme des Chiliens lors d’un tel évènement : http://www.3tv.cl/index.php?m=video&v=26480.

Written by Anthony Quindroit

11 octobre 2012 at 20 h 31 min

Séisme de 7,2 dans la région del Maule au Chili

leave a comment »

Un fort séisme, annoncé à 7,2 sur l’échelle de Richter, a été enregistré dans la région del Maule (VII, à 250 km au sud de Santiago), ce dimanche 25 mars vers 19h38 (heure de Santiago, soit 0h38 en France). Les premiers rapports font état d’un blessé lors d’un accident de voiture au moment de la secousse. Des dégâts matériels sont à déplorer. Des coupures de courant et de réseau ont également été notifiées sur une vaste zone englobant les régions  de Coquimbo, Valparaíso, Metropolitana, O’Higgins, Maule, Biobío, Araucanía, Los Ríos et Los Lagos. Deux hôpitaux ont été brièvement privés de courant et les groupes électrogènes de secours ont pris le relais.
L’Onemi (Oficina nacional de emergencia del ministerio del Interior en charge d’activer les plans de protection des civils) a, dans un premier temps, ordonné l’évacuation du littoral – entre Concón (région de Valparaíso) et Lebu (Biobío) – en raison d’un risque de tsunami. L’alerte a été levée moins d’une heure après. Rappelons que l’Onemi est, aujourd’hui encore, sévèrement critiquée depuis le 27 février 2010 : un puissant tremblement de terre (8,8 sur l’échelle de Richter) a secoué le pays et les services de sécurité n’ont pas su alerter la population avant le tsunami qui a ravagé les côtes et lourdement alourdi le nombre de victimes (bilan officiel : 521 morts).
Ce terremoto fait suite à une secousse de moyenne intensité (5,3) ressentie samedi 24 mars 2012 à Santiago.

Written by Anthony Quindroit

26 mars 2012 at 1 h 50 min

L’expérience d’un (petit) tremblement de terre

leave a comment »

Les Chiliens sont habitués au tremblement de terre. Le puissant Temblor de février 2010 a certes laissé des marques, surtout dans la région de Concepción, où le séisme d’une magnitude de 8,3 à 8,8 a été puissamment ressenti. Mais aujourd’hui, ce n’est plus qu’un mauvais souvenir et rares sont ceux qui en parlent spontanément. L’événement tragique (le bilan officiel fait état de 521 morts) est devenu repère chronologique. Le travail de reconstruction est en cours. Lentement. Sûrement pas assez rapidement pour ceux qui, aujourd’hui encore vivent dans des conditions précaires suite à cette catastrophe naturelle. Les services officiels ont dénombré deux millions de sinistrés suite au tremblement de terre et au tsunami qui a suivi.
Depuis, la terre n’a jamais vraiment cessé de trembler. Avec beaucoup moins de violence, mais régulièrement. Et les Chiliens ont pris l’habitude de ces temblors plusieurs fois par mois. Les Européens, beaucoup moins. Exemple concret, ce mardi 17 janvier 2012. Lire le reste de cette entrée »

Written by Anthony Quindroit

18 janvier 2012 at 4 h 26 min

Encore un tremblement de terre au Chili

leave a comment »

Un nouveau tremblement de terre a frappé le Chili. Au nord cette fois. A l’est-nord-est de la ville de La Calama (région d’Antofagasta) située à proximité des frontières de la Bolivie et de l’Argentine. La secousse a été ressentie hier, dimanche 11 juillet à 20h11 (heure locale soit cette nuit à 2h11 heure française). Les sismologues ont enregistré une magnitude de 6,2. Pour l’Onemi – le bureau national des urgences – il s’agit d’un séisme de « moyenne intensité » et « la situation est revenue à la normale ». Et s’il n’a pas fait de victime ni de dégâts majeurs, ce temblor a provoqué de vives inquiétudes dans un pays encore fortement marqué par le séisme dévastateur du 27 février dernier.

Written by Anthony Quindroit

12 juillet 2010 at 15 h 14 min

Publié dans Actualité

Tagged with , , ,

Gérer l’après terremoto

leave a comment »

A Concepción, de nombreux bâtiments sont voués à la destruction. Autant de gravats dont le gouvernement va devoir se débarrasser (photo avec l'aimable autorisation de Judith Pamela Henriquez Avila)

Le tremblement de terre qui a frappé le Chili le 27 février dernier a été l’un des plus destructeurs et des plus violents jamais enregistré au Chili. Survenu au large de Concepción, le « terremoto » a affiché 8,8 sur l’échelle de Richter et s’est ressenti jusqu’à la capitale Santiago située pourtant à plus de 300 kilomètres ! Le sinistre a, peu après, été suivi d’un tsunami. Lire le reste de cette entrée »

Written by Anthony Quindroit

11 juillet 2010 at 22 h 30 min

Las Siete Tazas : un paradis (presque) disparu

leave a comment »

Le "voile de la fiancée"

Se rendre sur le site des Siete Tazas demande une sacrée dose de motivation. Situé à plus de 290 kilomètres au sud de Santiago, il faut, pour y accéder, prendre une piste de terre et de gravillons depuis la petite ville de Molina (région del Maule – VII).
Passé le tape-fesses d’une bonne heure, le visiteur découvre un paysage fabuleux et paisible, protégé par la Corporación national forestal (Conaf – équivalent de l’ONF). Un Eden vert et bleu creusé dans la roche depuis des millénaires. Sa configuration actuelle remonterait au Miocène supérieur. Soit un saut de plus de six millions d’années en arrière.

Las Siete tazas tirent leur nom d'une succession de cascades

Le site des Siete Tazas tire son nom des sept cascades successives qui le composent. Là aussi, le temps et la nature ont fait leur œuvre. Depuis le Crétacé supérieur, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre et  la glace ont canalisé la rivière Claro et creusé la terre sur différents niveaux. Sept bassins se sont ainsi créés en escalier et les eaux fraîches de la rivière s’y écoulent en cascades consécutives. Avant d’arriver sur la plus majestueuse, le salto Velo de la Novia. La chute du « voile de la fiancée ». Sacré voile tout de même du haut de ses cinquante mètres.
Aller admirer ses gorges vertes demande du temps, de la patience et un peu de sueur. Les chemins chaotiques menant vers les différents points d’observations ressemblent presque à une promenade de santé comparés à celui entraînant le visiteur vers le bassin du salto de la leona (chute de la lionne) où peuvent se baigner les visiteurs aventureux (et pas frileux !).

L’eau a disparu

Aujourd’hui, l’imparfait est de mise pour évoquer las Siete Tazas. Le tremblement de terre du 27 février dernier – 8,8 sur l’échelle de Richter – a changé la donne. Le site s’est asséché : « Las Siete Tazas n’ont plus d’eau, confirme une responsable de la Valle de las Catas, petit camping situé en contrebas. Lors du tremblement de terre, une crevasse s’est ouverte et a dévié le cours d’eau vers des nappes souterraines.  On perd sa trace sur environ quatre kilomètres. »

Le salto de la leona, avant le tremblement de terre. Aujourd'hui, le lit est à sec.

Les sept tasses sont donc à sec. Mais la situation ne semble pas désespérée. Les experts de la Conaf suivent de près l’évolution du site et ont constaté un retour progressif naturel du débit vers le lit antérieur. En effet, conséquence du tremblement de terre, le débit de la rivière n’aurait pas été suffisamment puissant pour dépasser le degré d’infiltration. L’arrivée des pluies et le retour à la normale sur le site devrait permettre au cours d’eau de retrouver son tracé initial. Peut-être dès cet hiver (juillet-août au Chili).
D’ici là, le site des Siete Tazas demeure fermé au public pour des raisons de sécurité. Les chemins d’ordinaire tortueux sont devenus quasi-impraticables après le tremblor.

Written by Anthony Quindroit

12 mai 2010 at 16 h 16 min

%d blogueurs aiment cette page :